Jeudi 19 Mai 2022

USA: séance noire à Wall Street, une des pires depuis 2020

USA: séance noire à Wall Street, une des pires depuis 2020

Wall Street a connu une autre séance noire mercredi, une des pires depuis 2020, initiée au lendemain d'un rebond par une série de mauvaises annonces de grands détaillants, qui font craindre pour la consommation et les profits des entreprises.
 


L'indice Dow Jones a plongé de 3,57% à 31.490,97 points, selon des résultats définitifs.

Le Nasdaq a dévissé de 4,73% à 11.418,15 points, sombrant même de 5% peu avant la clôture. L'indice à forte coloration technologique s'inscrit désormais à 30% en dessous de son pic. Le S&P 500 a perdu 4,03% pour repasser sous la barre des 4.000 points, à 3.924,18 points.

Les onze secteurs du S&P 500 ont sombré dans le rouge à commencer par les produits et services non essentiels (-6,60%), une chute rarement vue, et les technologies de l'information (-4,74%).

Les grands noms de la tech ont plongé, comme Amazon (-7,16% à 2.142,25 dollars), Apple (-5,64% à 140,82 dollars), Netflix (-7,02% à 177,19 dollars).

Après sept semaines de pertes et cette nouvelle chute brutale, le Nasdaq, qui regroupe nombre de valeurs technologiques, est revenu à son niveau de novembre 2020. L'indice des valeurs vedette Dow Jones et le S&P 500, plus représentatif du marché américain, sont au plus bas depuis mars 2021.

"La vente massive d'aujourd'hui concerne la capacité des entreprises à répercuter des coûts plus élevés. On se posait la question, eh bien on a eu la réponse en quelque sorte avec les résultats" de Target notamment, a expliqué Quincy Krosby, stratégiste en chef pour LPL Financial.

"Certes, les consommateurs continuent de dépenser, mais bon nombre des principaux détaillants ne sont pas en mesure de répercuter les coûts de main-d'oeuvre et les prix plus élevés entraînés par une chaîne d'approvisionnement encore limitée", a-t-elle diagnostiqué.

Selon elle, "la peur pour la croissance plane sur le marché par intermittence et s'est intensifiée alors qu'on commence à escompter un ralentissement plus profond".

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans se détendaient reflétant des achats vers les obligations, valeurs refuge, dont le prix monte quand leurs rendements descendent. Ils s'inscrivaient à 2,87% contre 2,99% avant l'ouverture du marché.

"On dirait qu'on n'a pas touché le fond", déplorait Karl Haeling. "C'est presque un peu décevant de voir que l'indice de volatilité VIX n'a pas explosé davantage, comme si la panique, la grosse panique, n'était pas encore là", soulignait-il. Le baromètre, dit "indice de la peur", s'élevait autour de 30 points, s'inscrivant en dessous de son niveau de début mai.


 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 16 Juin 2022

USA: les mesures anti-inflation de la Fed font chuter Wall Street jeudi

Lundi 13 Juin 2022

L'inflation grimpe aux Etats-Unis, les taux de la Fed aussi

Mercredi 25 Mai 2022

La Russie ne peut plus rembourser sa dette en dollars, décide Washington

Vendredi 13 Mai 2022

Jerome Powell confirmé à la tête de la banque centrale américaine

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required