Mercredi 18 Mai 2022

Royaume-Uni: le taux d'inflation bondit à 9%, record en 40 ans

Royaume-Uni: le taux d'inflation bondit à 9%, record en 40 ans

Le taux d'inflation a bondi à 9% en avril sur douze mois au Royaume-Uni, un record en 40 ans, principalement à cause des prix de l'énergie, ce qui devrait accroître la crise du coût de la vie.
 


C'est une très forte envolée mensuelle car à fin mars le taux d'inflation se situait à 7%, précise l'Office national des statistiques dans son rapport mensuel mercredi (ONS). C'est toutefois un tout petit peu moins qu'attendu par les analystes.

L'ONS note que le taux d'avril est le plus élevé depuis que les statistiques sur l'inflation existent, à savoir 1989, mais que selon des estimations, ce taux "devrait avoir été plus élevé pour la dernière fois autour de 1982".

L'inflation en avril a été "tirée par une poussée brusque dans les prix de l'électricité et du gaz" à cause d'un relèvement du plafond tarifaire, a commenté Grant Fitzner, chef économiste de l'ONS.

"Des augmentations abruptes sur un an du coût des métaux, des produits chimiques et du pétrole brut se sont aussi poursuivies, de même que les prix plus élevés pour les produits qui sortent d'usine", ajoute-t-il.

Le ministre des Finances Rishi Sunak a fait valoir dans un communiqué que "les pays à travers le monde font face à une inflation en hausse" et que celle d'avril au Royaume-Uni vient de l'énergie, stimulée par les cours sur les marchés mondiaux.

"Nous ne pouvons protéger les gens totalement de ces défis mondiaux mais apportons un soutien notable où nous le pouvons, et nous tenons prêts à faire plus", a-t-il ajouté.

Les critiques s'accumulent face à l'action du gouvernement considérée comme insuffisante au regard de la crise du coût de la vie, alors que des millions de Britanniques doivent désormais restreindre leurs repas ou leur chauffage.

Lundi, le gouverneur de la Banque d'Angleterre avait qualifié la situation d'"apocalyptique" pour les prix alimentaires et averti que l'inflation, partie pour dépasser 10% cette année au Royaume-Uni, pourrait monter encore plus haut si l'Ukraine, gros producteur de blé notamment, ne parvient pas à exporter ses récoltes.

Les responsables de la BoE estiment que "80%" de l'inflation était due à la hausse des prix de l'énergie, dopés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Les 20% restants s'expliquent notamment par un marché du travail très tendu au Royaume-Uni.





La responsable des Finances pour le parti d'opposition travailliste, Rachel Reeves, a estimé que l'envolée des prix créait "d'énormes inquiétudes pour les familles au budget déjà sous pression".

"Nous ne pouvons plus attendre plus longtemps pour que ce gouvernement déconnecté des réalités agisse", a-t-elle ajouté, affirmant que son parti allait tenter de faire voter un "budget d'urgence et un plan pour la croissance".

Mardi, l'ONS avait dévoilé un taux de chômage britannique au plus bas depuis 1974 à 3,7%, mais signalé que l'inflation galopante mangeait les salaires réels.

"Les pressions continues comme la guerre en Ukraine devraient faire encore monter les tarifs" de l'énergie, tandis que "d'autres prix comme ceux de l'alimentation" devraient aussi grimper dans les mois à venir, anticipe Heidi Karjalainen, économiste à l'Institut des études budgétaires (IFS).

Elle souligne que les plus pauvres devraient ressentir une inflation encore plus forte car le poids des dépenses essentielles comme l'énergie et la nourriture est particulièrement élevé dans leur panier de dépenses.

La flambée des prix devrait amener la BoE à relever encore son taux directeur, actuellement à 1%, et la maison de recherche Capital Economics s'attend à un tour de vis jusqu'à 3% l'an prochain, ce qui devrait peser sur la croissance.

L'activité s'est déjà contractée pour le mois de mars et la Banque d'Angleterre a prévenu la semaine dernière que le Royaume-Uni risquait une contraction de l'économie l'an prochain.

Le Fonds monétaire international (FMI) a quant à lui fortement révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour le Royaume-Uni, à cause de l'inflation et des taux d'intérêt en hausse, et s'attend à ce que l'économie britannique soit en queue du G7 l'an prochain.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 26 Juin 2022

Espagne: plan anti-inflation de 9 milliards d'euros

Mercredi 22 Juin 2022

Maroc: l'IPC à 5,9% en mai 2022

Jeudi 16 Juin 2022

Suisse : la banque centrale amorce un resserrement de sa politique monétaire

Jeudi 16 Juin 2022

USA: les mesures anti-inflation de la Fed font chuter Wall Street jeudi

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required