×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 8 octobre 2019

Mardi 08 Octobre 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

Le Matin :

• Un conseil de gouvernement se réunira aujourd’hui sous la présidence du Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani. Lors de ce conseil, le ministre de l'Economie et des Finances fera un exposé sur les mesures relatives à l’élaboration du projet de loi de finances 2020, a indiqué un communiqué du département du Chef du gouvernement. Un projet qui avait déjà fait l’objet d’un exposé de l’argentier du Royaume en juillet dernier.

• L’amélioration des dispositifs législatifs et réglementaires régissant la formation en milieu professionnel, par apprentissage et alternée, est de nature à améliorer leurs mécanismes de gouvernance et accroître leur efficacité de façon à répondre aux besoins socio-économiques des régions, a souligné le secrétaire général au département de la Formation professionnelle, Arafat Atmoun. La révision du cadre juridique et réglementaire actuel vise à rendre l’organisation et la gestion de ces deux modes (formation par apprentissage et alternée) plus flexible et souple et attirer davantage les entreprises à y adhérer, d’une part, et pour mieux répondre aux besoins des régions, des écosystèmes, des entreprises, du milieu rural et des populations, d’autre part, a-t-il dit lors d’un séminaire sous le thème " la formation par Apprentissage et alternée : Bilan et attentes ".

Économiste :

• Depuis quelques semaines, la direction du médicament et de la pharmacie, via la Commission nationale de la pharmacopée, planche sur l'application de l'article 30 de la loi 17-04 qui confère aux pharmacies d'officines le monopole de la vente aux particuliers des dispositifs médicaux stériles. Les professionnels (cliniques, médecins, hôpitaux, laboratoires, etc.) continueront de s'approvisionner directement auprès des importateurs. L'objet des tractations en cours entre les différents intervenants est d'arrêter la liste de ces produits. Jusqu'à présent, la Commission a répertorié 1.935 dispositifs qui sont stériles et qui ne peuvent être vendus qu’en pharmacie.

• Banques et opérateurs télécoms se livrent, depuis plusieurs mois, à une guerre sournoise et sans merci. A l'origine de cette bataille dans les coulisses, la course aux services financiers mobiles. Ce n'est un secret pour personne, les établissements bancaires se sentent bousculés dans leur périmètre et redoutent la concurrence des entreprises télécoms, startups et autres opérateurs technologiques... La frilosité des banques est nourrie par la crainte de perdre des clients, des parts de marché et des revenus conséquents. Du coup, l'écosystème bancaire aurait été « tenté de faire du lobbying en faveur de retards ou du moins de réglementations plus strictes afin de préserver les barrières qui restreignent l’accès aux services financiers et à leur marché », résume un expert au cabinet Mazars.
Aujourd’hui Le Maroc :

• En veilleuse depuis plusieurs mois, le dispositif de la prime à la casse destinée aux taxis vient d'être officiellement réactivé. Une décision conjointe entre le ministère de l'intérieur et le ministère de l'économie et des finances est entrée en vigueur après sa publication au Bulletin officiel. Suite à cette décision, les propriétaires des taxis des deux catégories A et B pourront déposer des dossiers au niveau des services compétents des préfectures et provinces pour en bénéficier jusqu'à fin décembre 2021. Selon un rapport sur les comptes spéciaux du Trésor accompagnant le projet de loi de Finances 2019, le dispositif de renouvellement pour les « petits taxis», notamment, n’a même pas atteint la moitié du parc total alors que les autorités compétentes prévoyaient, selon les objectifs initiaux, le renouvellement de 72% du parc pour l’année en cours avant d’atteindre les 88% en 2020.

• Ils se sont consolidés de près de 6 milliards de dirhams en une année. Les fonds disponibles des collectivités territoriales et leur groupement ne cessent de s'accroitre. Au titre des huit premiers mois de l'année en cours, ces fonds se sont élevés à 40,1 milliards de dirhams contre 34,3 milliards de dirhams à la même période de l'année précédente. Les statistiques de finances locales de la Trésorerie générale du Royaume (TGR) font ressortir également un excédent global de 5,4 milliards de dirhams, soit légèrement en hausse par rapport au niveau atteint une année plus tôt. A fin août, les recettes ordinaires des collectivités territoriales ont affiché une progression de 2,7%. Elles se sont ainsi situées autour de 27.9 milliards de dirhams.

L’Opinion :

• Le port Tanger-Med II va stimuler la croissance des secteurs de l’automobile et de l'aéronautique et permettra aussi de booster les exportations industrielles, a souligné Oxford business Group (OBG), un cabinet d'intelligence économique, basé à Londres. L'augmentation des capacités du port devrait avoir des retombées considérables sur l’économie marocaine, avec un effet de stimulation, spécialement, sur les secteurs industriels tournés vers les exportations, a affirmé OBG, notant que le segment automobile, qui a dépassé en 2017 celui de l'Afrique du Sud, est désormais le premier d'Afrique en termes de production. Une grande partie des activités du secteur s'effectue au sein de la zone industrielle Tanger Automotive City, une zone franche s'étalant sur 300 hectares, directement reliée au port Tanger-Med. Le Royaume a produit 400 000 véhicules l'an dernier et vise une production annuelle d'un million de véhicules d'ici 2025.

• La société marocaine de distribution d'intrants agricoles "Promagri" a remporté le trophée "Respect environnemental (ERA) 2019" pour la région Afrique et Moyen Orient. Le prix parrainé par le groupe américain Corteva Agriscience, a été remis lors d'une cérémonie destinée à rendre hommage aux détaillants et aux distributeurs, à travers le monde, de produits de protection des cultures pour leur gestion responsable de l'environnement. L'entreprise basée à Casablanca a été récompensée pour avoir lancé sur le marché marocain un produit pour la gestion des parasites du sol, avec un meilleur profil écologique que le bromure de méthyle.

Libération :

• La section nationale de la Chambre des Représentants au sein de l'Assemblée Parlementaire de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (AP-OSCE), a appelé ladite Assemblée à appuyer l'initiative visant la proclamation d'une Journée mondiale de lutte contre l'Islamophobie. Mohamed El Milahi, parlementaire à la Chambre des Représentants et membre de la section nationale au sein de l'AP-OSCE, a indiqué que cette initiative a été entreprise par le Parlement marocain, en la personne du Président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, en sa qualité de président de l'Union parlementaire des Etats membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (UPCI). Il a été proposé de mettre en œuvre cette initiative au niveau de l'ONU et de ses agences spécialisées, notamment l'UNESCO et l'Alliance des civilisations des Nations Unies, a souligné El Milahi.

• Les participants à une conférence organisée à Tanger, dans le cadre des Journées portes ouvertes de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ont mis en avant l'importance de la preuve scientifique en matière pénale et le rôle de la police technique et scientifique en tant qu'acteur incontournable du procès pénal. Ils ont mis en exergue l'évolution de la preuve et des divers outils grâce auxquels les différentes traces et indices, retrouvés sur les lieux d'un crime, peuvent être exploités pour reconstituer le déroulement des faits et présentés en tant que preuves au moment du procès. La preuve scientifique est devenue désormais un moyen très important pour la justice pour inculper ou disculper les personnes mises en causes, a souligné le Contrôleur général Abderrahmane El Yousfi Alaoui, Chef de la division technique et management des risques, notant que la science offre désormais de nombreux outils grâce auxquels les différentes traces et indices peuvent être exploités.

Al Bayane :

• L'Agence wallonne à l'Exportation et aux Investissements Étrangers (AWEX) et l’Agence bruxelloise pour l’Accompagnement de l’Entreprise (HUB Brussels) organisent du 14 au 18 octobre une mission économique multisectorielle au Maroc, apprend-on vendredi auprès des organisateurs. Cette mission d’une trentaine d’entreprises belges tous secteurs confondus "intervient suite au succès" de la mission économique de novembre 2018 au Maroc qui avait été conduite par la Princesse Astrid, précise l’AWEX. Lors des différentes rencontres, l’accent sera mis sur la formation professionnelle, l’employabilité des jeunes ainsi que les méthodes de formation courte afin de donner plus d’opportunités aux primo-arrivants sur le marché du travail.

• La régionalisation avancée est un "chantier stratégique" qui constitue "l'ADN" du nouveau modèle économique du Maroc et une réforme structurelle qui met le pays sur la voie de l'émergence économique, a souligné Salah Koubaa, Professeur d'économie à l'Université Hassan II de Casablanca. Évoquant la note de cadrage du projet de la loi de finances 2020, Koubaa, a affirmé que le PLF 2020 fait de la régionalisation un grand chantier de réforme prioritaire, eu égard à ses apports, à savoir notamment la résorption des disparités inter et intra-régionales. La régionalisation avancée permet de résorber ces disparités par la mise en place d’une démarche de management participatif des affaires quotidiennes des citoyens. Les projets régionaux, qui tiennent compte des spécificités locales, sociales et environnementales de chaque espace territorial seront l’impulsion du développement inclusif des régions, a-t-il dit.

Akhbar Al Yaoum :

• La Fondation Attijariwafa bank a organisé, jeudi à Casablanca, la 52e édition de son cycle de conférences "Échanger pour mieux comprendre" sous le thème "Emploi des jeunes : la formation professionnelle s'ouvre aux métiers du futur". Cette rencontre a permis d'apporter des éclairages sur la nouvelle stratégie de l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et d'analyser le marché de l’emploi qui connaît et connaîtra des mutations permanentes, dans un contexte de révolution numérique et technologique, a indiqué la Fondation dans un communiqué.

• Le service préfectoral de la police judiciaire d'Oujda, sur la base d'informations précises de la Direction générale de la surveillance du territoire, a arrêté, samedi soir, deux individus âgés de 39 et 41 ans pour leur implication présumée dans une affaire de possession et de trafic de drogue et de psychotropes dans le cadre d'un réseau criminel organisé. Le premier mis en cause, qui jouait le rôle d'intermédiaire, a été interpellé en possession de 320 grammes de chira et à bord d'une voiture portant de fausses plaques d'immatriculation, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que le second suspect a été arrêté lors d'une opération sécuritaire simultanée à Beni Drar.

Al Massae :

• Dans une circulaire adressée aux walis et gouverneurs, le ministre de l’intérieur a appelé les conseils communaux et d’arrondissement à rationaliser leurs dépenses. Cette circulaire intervient suite aux critiques formulées à l’encontre de certains élus à cause de quelques pratiques comme l'acquisition de voitures de luxe et en raison du traitement favorable réservé à certains bureaux d’études. Certaines communes, se sont même transformées, selon la même source, en agences de voyage et d’événementiel. Selon cette circulaire, les élus locaux sont tenus de respecter les règles minimales de bonne gestion et de bonne gouvernance.

• Selon des sources sûres, le ministère de l'Intérieur a adressé une dizaine d’avertissements à des entrepreneurs qui ont remporté des marchés publics dans le domaine de l’équipement dans plusieurs villes. M. Laftit les a mis en garde contre les retards cumulés dans plusieurs chantiers, entièrement ou partiellement financés par son ministère. Selon les sources du journal, les avertissements ont été adressés après que le ministre ait reçu un rapport sur l’état d’avancement des travaux dans de nombreux projets à travers les différentes régions du Royaume.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Environ 515.000 personnes ont visité l'espace Malabata à Tanger, qui a abrité la 3e édition Journées portes ouvertes (JPO) de la Sûreté nationale, dont des Marocains de tous âges et des ressortissants étrangers de différentes nationalités, a indiqué un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Cette importante affluence des visiteurs de la DGSN reflète l'intérêt croissant des Marocains et des touristes et résidents étrangers, ainsi que la grande confiance dans le degré de préparation de l'institution sécuritaire en tant qu'organe chargé de l'application de la loi, de la préservation de l'ordre général et du service rendu tant au citoyen qu'aux résidents étrangers, ajoute le communiqué.

• Après des consultations avec l’instance des médecins et les syndicats du secteur privé, le ministre de la santé, Anas Doukkali, s'apprête à promulguer un projet de décret relatif à l’organisation des cliniques. Ce projet a été rejeté par ces médecins qui le considèrent restrictif, étant donné que les conditions qu’il fixe pour l’ouverture des cliniques privées sont difficiles à remplir. Le texte prévoit un ensemble de critères techniques que doivent satisfaire les cliniques pour d’être autorisées, dont une superficie minimale de 60m² et l’obligation d’employer un infirmier et une secrétaire.

Al Alam :

• L'agence de notation S&P Global Ratings a rehaussé de "négative" à "stable" la "perspective" de la note de la dette à long terme en devises et en monnaie locale du Maroc, tout en confirmant son statut d'Investment grade "BBB-", indique le ministère de l'Economie et des finances. "Selon S&P Global Ratings, ce rehaussement de la qualité de la perspective de la notation de la dette extérieure et de la dette intérieure du Maroc est soutenu par plusieurs facteurs, notamment les nouvelles orientations de la stratégie budgétaire globale telles que les opérations de privatisation, le recours aux financements innovants pour l'investissement public et les opérations de couverture contre la hausse des cours du gaz butane réalisées sur le marché international pour prémunir le budget de l'Etat d'une augmentation des charges de compensation", souligne le ministère.

• L'arrivée du constructeur automobile français Peugeot à Kénitra a entraîné une "vague" d'investissements d'équipementiers automobiles, notamment chinois, dans le Royaume, écrit l'hebdomadaire "Jeune Afrique" dans son dernier numéro. "Un symbole à lui seul : l'investissement massif - 350 millions d’euros - du groupe chinois Citic Dicastal dans une usine de jantes inaugurée, à la fin de juin, à Kénitra, témoigne du dynamisme de l’automobile au Maroc et de l’irruption des équipementiers de l’empire du Milieu dans ce pays", souligne la publication, notant que depuis deux ans, d’autres opérateurs comme Aetocar, Regal, Nanjing Xiezhong ou encore le sino-américain Nexteer y ont ouvert des usines.

Al Ittihad Al Ichtiraki : • Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki a souligné que le programme de coopération avec la Fondation Westminster pour la démocratie (WFD) reflète la solidité des relations entre les parlements marocain et britannique. Lors d'entretiens avec la directrice régionale MENA de la fondation Westminster pour la démocratie, Dina Melhem, sur les relations de coopération entre la Chambre des représentants et la WFD, M. El Malki a salué le bilan relatif au programme de coopération entre les deux parties, estimant que le niveau de cette coopération "reflète la solidité des relations entre les deux pays".

• La Directrice Générale de l'OFPPT, Loubna Tricha, a indiqué que les secteurs pointus emploient 70% de techniciens et seulement 30% de managers. Notant que seuls 25% des jeunes bacheliers optent pour la formation professionnelle, Tricha a précisé que que 75% d’entre eux choisissent l’université. Tous les aspects liés au contexte actuel et à son évolution, ont été pris en compte, a-t-elle fait savoir, notamment, la formation aux soft skills, la création d’un tronc commun assurant une base polyvalente solide, l’adoption de nouvelles méthodes pédagogiques, l’inclusion du digital dans le processus d’apprentissage et l’enrichissement du portefeuille de formation, etc.

Bayane Al Yaoum

• CDG Invest, branche investissement du Groupe Caisse de Dépôts et de Gestion (CDG), a lancé le programme "212 Founders", une initiative qui vise à attirer les compétences marocaines vers l'entrepreneuriat et à faire émerger des startups de dimension mondiale à partir du Maroc. Le programme "212 Founders" s'inscrit dans le cadre du déploiement de la nouvelle stratégie de la CDG, qui s'est fixée comme objectif prioritaire le développement et la montée en gamme du tissu productif marocain.

• Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a adressé un avertissement pour publicité clandestine à Luxe Radio concernant l'émission "Les matins Luxe". Dans sa décision, le CSCA, réuni le 03 octobre 2019, relève que "suite à une auto-saisine de la Haute autorité de la Communication audiovisuelle (HACA), le CSCA a décidé d’adresser un avertissement pour publicité clandestine à Luxe Radio en rapport avec les éditions de l’émission Les matins Luxe, diffusées du 1er au 5 Juillet 2019".

Rissalat Al Oumma :

• Le Président de la Chambre des Conseillers, Hakim Benchamach a plaidé en faveur de l'action commune et de la prise de décisions "courageuses" et "collectives" pour relever les défis auxquels est confrontée la région de la Méditerranée. "Il est temps d'engager une action commune et de prendre les décisions courageuses qui s'imposent pour faire face à l'ensemble des défis auxquels est confrontée la région méditerranéenne, à travers la mise en place de politiques publiques efficientes et la prise de décisions audacieuses", a soutenu M. Benchamach, qui intervenait à la clôture des travaux de la session d'automne de la 18è Assemblée Parlementaire de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (AP-OSCE).

• Lors du conseil de gouvernement qui se réunira mardi, le ministre de l'Economie et des Finances fera un exposé sur les mesures relatives à l’élaboration du projet de loi de finances 2020. Cette réunion serait suivie d’une réunion du Conseil des ministres afin d’exposer les grandes orientations du PLF, avant son adoption par le Conseil du gouvernement et son dépôt à la Chambre des représentants au plus tard le 20 octobre. Présentant, en juillet dernier, les perspectives d’élaboration du projet de la prochaine loi de Finances devant le Conseil de gouvernement, Benchaâboun avait évoqué un taux de croissance de 3,7% en 2020, contre 2,9% prévus en 2019, avant d’atteindre 3.8% en 2021 pour s’établir à 4% en 2022.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX