Lundi 22 Novembre 2021

Revue de presse économique du 22 novembre 2021

Revue de presse économique du 22 novembre 2021
  • Voici les principaux titres développés par la presse nationale parue lundi 22 novembre 2021
     


Aujourd'hui le Maroc

Transferts MRE: Les USA et l’Arabie Saoudite détrônent l’Europe. Malgré une forte concentration des MRE, le Vieux Continent n’est plus le grand pourvoyeur de transferts des expatriés en 2021. La Banque mondiale révèle dans un dernier rapport que les Etats-Unis d'Amérique (USA) et le Royaume d’Arabie Saoudite sont respectivement premier et deuxième au classement des pays ayant enregistré des envois de fonds de la part des expatriés marocains vers le Royaume. Les USA représentent 14% des fonds, suivis de l’Arabie Saoudite (12%) et la France (10%). Cependant, le rapport de la Banque mondiale note qu’à cause de la crise sanitaire en 2020, un retour important des immigrés marocains dans les pays du Conseil de la Coopération du Golfe (CCG) a été constaté.

Un recensement général de la population en 2024: le HCP lance les préparatifs. Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a lancé les préparatifs nécessaires en vue de la réalisation du 7ème recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) en 2024. "Conformément aux recommandations des Nations Unies visant à mener chaque 10 ans cette grande opération nationale, nous avons lancé les préparatifs nécessaires à la réalisation du 7ème recensement général de la population et de l’habitat en 2024", indique le HCP. Durant l’année 2021, le HCP a mis en place les dispositions nécessaires et pris les mesures techniques et logistiques pour réaliser les travaux cartographiques pour le prochain recensement, dont le démarrage est prévu au dernier trimestre de 2022, précise le HCP.


L’Economiste

Contribution professionnelle: le régime fiscal séduit. A moins d'un an après l'entrée en vigueur de la contribution professionnelle unique (CPU) à la faveur de la loi de finances 2021, plus de 250.000 personnes se sont délibérément inscrites au dispositif. Le chiffre est jugé encourageant et pourrait augmenter avec l'entrée en vigueur en janvier 2022 de l'assurance maladie obligatoire qui se traduira concrètement par les premiers remboursements des frais médicaux. Certaines sources tablaient sur un potentiel de 500.000 personnes. Cependant, le chiffre est trompeur car il porte sur les contribuables qui avaient demandé à un moment donné à s'inscrire à la taxe professionnelle (ex-patente) et qui continuent d'apparaître sur le système d'information de l'administration fiscale. Or, cet effectif comprend des personnes qui ont cessé leurs activités depuis longtemps, qui sont décédées. Certains se sont inscrits à la taxe professionnelle dans le seul but d'obtenir un visa.

Noureddine Bensouda: "notre pays a besoin de l’Etat et du secteur privé". Le Trésorier générale du Royaume, Noureddine Bensouda a affirmé qu'au-delà de la controverse autour du rôle et de l'intervention de l'Etat, "notre pays a besoin et de l’État et du secteur privé" dans le cadre de relations empreintes de symbiose et de parfaite coordination, en vue de réduire les inégalités sociales et territoriales. Dans un entretien accordé au journal, Bensouda a estimé que dans cette phase de relance économique post-Covid, l’État est appelé à jouer un rôle décisif notamment à travers l'activation du Fonds Mohammed VI pour l'investissement qui sera la clef de voûte de ce processus, ajoutant que l’État devra également s'atteler à répondre aux fragilités profondes de notre économie que cette crise pandémique a révélé au grand jour, en impulsant les réformes structurelles nécessaires.

Le Matin

Recrutement des enseignants et des cadres administratifs : les syndicats appellent à renoncer aux nouvelles conditions imposées par le ministère de tutelle. Trois des syndicats les plus représentatifs du secteur de l'enseignement déplorent les dernières décisions prises par le ministère de l’Éducation nationale, relatives aux modalités de recrutement des enseignants et des cadres administratifs. Ces décisions figureront d’ailleurs en bonne place dans l’ordre du jour de la prochaine réunion avec le ministre, prévue demain mardi 23 novembre, affirment les secrétaires généraux des trois organismes, à savoir le Syndicat national de l’enseignement, la Fédération nationale de l'éducation et Fédération autonome de l’éducation. Les trois entités appellent le ministère de tutelle à renoncer notamment aux nouvelles conditions imposées pour l’accès au concours de recrutement des enseignants.

Depuis Dakhla, "Maroc Diplomatique" lance l'Observatoire africain de développement économique et social. Le groupe media "Maroc Diplomatique" a lancé, vendredi depuis Dakhla, l'Observatoire africain de développement économique et social, une plateforme de débats autour de thématiques centrées, entre autres, sur le développement tous azimuts du continent. Cette annonce a marqué l'épilogue de la première édition du Forum MD Sahara, initié par "Maroc Diplomatique". Situant le cadre de création de l'Observatoire, le directeur de publication de "Maroc Diplomatique", Hassan Alaoui, a déclaré à la presse qu'il s'agit d'initier les gens, notamment les jeunes, à la chose diplomatique en mettant à profit l'expérience "inédite" que cet organe médiatique a forgée, pour accompagner les efforts officiels moyennant une "pédagogie de la diplomatie".



L’Opinion Pass vaccinal et pass sanitaire: Ait Taleb s'explique, la polémique continue. Après l'obligation du pass vaccinal pour accéder aux espaces publics, l’Exécutif a franchi une nouvelle étape dans son dispositif de prévention contre la propagation du Covid-19 en mettant en place le pass sanitaire qui regroupe l'ensemble des informations sanitaires de son détenteur. Ce changement ne devrait pas avoir d'incidence notable sur le quotidien des Marocains dans la mesure où la vaccination reste une condition sine qua non pour circuler librement dans le Royaume. Les personnes souhaitant quitter le territoire national auront, par contre, la tâche plus facile du fait que les résultats des tests PCR seront désormais inclus dans le pass sanitaire.

Indice de prospérité Legatum: classé à la 91ème place, le Maroc domine le Maghreb. Selon les conclusions de la 15 seme édition de l'Indice de prospérité 2021, fraîchement publiée, sur la base de l'évaluation de douze critères, dont la sécurité,la liberté personnelle, la gouvernance, le climat de l'investissement, l'infrastructure, l'éducation, la santé.... le Maroc se classe à la 91ème place. Classé 93ème l'année précédente, le Royaume gagne ainsi 2 places dans ce nouveau classement. "Le Maroc est 91ème dans le classement général de l'indice de prospérité. Depuis 2011, le Maroc a progressé de 8 places dans le classement, souligne le Legatum Institute, un think-tank indépendant basé à Londres, dans son rapport. « Le Maroc obtient les meilleurs résultats dans les domaines Infrastructure & Accès au marché et Sûreté & Sécurité", précise le rapport.

Libération

ZLECAF: Une impulsion "positive" aux exportations marocaines. Une étude sur l'impact de la Zone de Libre-Echange Continentale africaine (ZLECAf) sur l'économie marocaine montre que l'intégration du Royaume à cette zone est de nature à impulser une dynamique "positive" aux exportations marocaines. "Les résultats des simulations des deux scénarios d'intégration du Maroc à la ZLECAf analysés dans cette étude sont globalement positifs pour l'économie marocaine, dans le mesure où cette intégration donne une impulsion positive plus forte sur les exportations marocaines de biens que sur les importations", souligne cette étude menée par la Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) et l'Agence Française du Développement (AFD).

Dakhla vibre au rythme du 15è festival national de la chanson hassanie.Le coup d'envoi de la 15ème édition du festival national de la chanson hassanie, organisée par la direction régionale de la Culture de Dakhla-Oued Eddahab, a été donné jeudi soir à Dakhla, dans le cadre des festivités marquant la célébration du 66è anniversaire de la fête de l'Indépendance. Cet événement éclectique, tenu sous le signe ''la culture hassanie : un pilier de l'intégrité territoriale’’, connaît l'organisation d'une série de soirées musicales alléchantes, avec la participation d’une vingtaine de troupes musicales en provenance des trois régions du Sud du Royaume et une troupe de la Mauritanie.

Al Bayane

Methqal s’entretient avec le Commissaire de l’UA aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité. L’Ambassadeur Directeur Général de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI), Mohamed Methqal, s'est entretenu avec le Commissaire de l'Union Africaine (UA) aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité, Bankole Adeoye. Les deux parties ont échangé sur les mécanismes de coopération sud-sud visant à promouvoir la paix et la sécurité en Afrique, ainsi que sur le rôle actif du Royaume du Maroc dans le cadre de la mise en oeuvre de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour une coopération solidaire et agissante à l’échelle du Continent. Aussi, les deux parties ont discuté des moyens favorisant le développement de la coopération sud-sud au profit de l’émergence du Continent africain, ainsi que des principales actions humanitaires déployées par le Royaume au profit de plusieurs pays membres de l’Union Africaine, dans la continuité des échanges tenus entre Adeoye et le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

A elle seule, "l'évaluation n'est pas une garantie de la réussite d'une politique publique" (El Adaoui). L'évaluation ne représente pas, à elle seule, "une garantie de la réussite d'une politique publique", a indiqué, samedi à Rabat, Zineb El Adaoui, Premier Président de la Cour des Comptes. El Adaoui qui intervenait lors d’une table ronde sur les politiques financières publiques stratégiques, tenue dans le cadre de la 14ème édition du Colloque international sur les finances publiques (CIFP), a précisé, en revanche, que l'évaluation fait face à un ensemble de risques, notamment la qualité et la fiabilité des données disponibles et le manque de la flexibilité et d'adaptabilité de la politique publique. S'exprimant lors de la sous-séance axée sur "l'évaluation des politiques publiques", El Adaoui a rappelé le principe n°3 de la déclaration de Mexico sur l'indépendance des instituts supérieurs de contrôle (ISC) qui stipule que ces instituts se limitent à contrôler la mise en œuvre des politiques et ne contrôlent pas les politiques gouvernementales ou celles des entités publiques.

Maroc Le Jour

Éducation nationale: Renforcer la sélectivité du concours de recrutement des enseignants. Le concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs connaîtra cette année des innovations importantes, a annoncé le ministère de l'Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports. "A l'occasion de la publication de l’avis d’organisation du concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs, des innovations importantes ont été introduites dans le cadre de la réforme pour une renaissance éducative", précise le ministère, vendredi dans un communiqué. Le concours de cette année s’inscrit donc dans la politique d’amélioration qualitative du système éducatif, initiée par la Loi cadre et érigée en tant que priorité par le Nouveau Modèle de Développement et le programme gouvernemental, souligne la même source, ajoutant que "cette orientation contribue à répondre aux attentes des Marocaines et des Marocains concernant l’école publique".

Le Maroc ouvre un Consulat honoraire à Mbabane. L’Ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud, Youssef Amrani, a procédé, vendredi, à l’inauguration du Consulat Honoraire du Royaume dans la capitale d’Eswatini, Mbabane. L’inauguration de cette nouvelle représentation diplomatique, dirigée par Mona Ashraf, s’est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères du Royaume d’Eswatini, M. Melusi Masuku. Elle intervient à la suite de l’ouverture en octobre 2020 de l’ambassade d’Eswatini à Rabat et de son Consulat Général à Laâyoune, souligne l'ambassade dans un communiqué parvenu à la MAP. S’exprimant à cette occasion, Amrani a souligné que cette ouverture intervient alors que le Maroc célèbre le 66ème anniversaire de la Fête de l’Indépendance, se félicitant des liens fraternels entre le Royaume du Maroc et le Royaume d’Eswatini et de l’excellence des relations de coopération au niveau bilatéral et multilatéral.

Al Yaoum Al Maghribi

Lekjaa appelle à opter pour un meilleur encadrement des finances publiques dans le futur. La mise en œuvre du Nouveau modèle de développement (NMD) nécessitera de libérer l'espace budgétaire, tout en tenant compte des pressions associées à la rigidité à la baisse de certaines dépenses, a indiqué, samedi à Rabat, le ministre délégué auprès du ministre de l'Économie et des Fiances, chargé du Budget, Fouzi Lekjaa. Il s'agit en effet de puiser toutes les marges en matière de recettes à travers la mise en œuvre de la loi-cadre portant réforme fiscale, la restructuration des établissements et entreprises publics (EEP) en mettant en œuvre la loi cadre, ainsi que le recours aux financements innovants, a souligné Lekjaa qui intervenait lors d'une table ronde organisée dans le cadre de la 14ème édition du Colloque international sur les finances publiques (CIFP), sous le thème "Pour des politiques financières publiques stratégiques". Par ailleurs, le responsable a mis l'accent sur la nécessité "d'un meilleur encadrement des finances publiques dans le futur, conformément aux nouvelles exigences du NMD", notamment à travers la réforme de la loi-organique relative à la loi de finances.

Le Maroc est pleinement attaché aux objectifs et principes humanitaires de la convention sur les mines anti-personnel. Le Maroc est pleinement attaché aux fondements, objectifs et principes humanitaires de la convention sur les mines anti-personnel (Convention d’Ottawa), a affirmé l’ambassadeur du Royaume aux Pays Bas, Abdelouahab Bellouki. Conduisant la délégation marocaine aux travaux de la 19ème réunion des États Parties à la convention sur les mines anti-personnel, qui se tient à La Haye sous format virtuel du 15 au 19 novembre, Bellouki a souligné que "le Maroc, bien qu’il ne soit pas État Partie à la Convention, s’investit de manière concrète dans l’application de ses dispositions, conformément à ses engagements internationaux, en particulier l’accord signé avec la MINURSO en 1999, relatif à l'échange d'informations, le marquage des zones de mines, le déminage et la destruction des mines et des restes explosifs de guerre".

Al Massae

Le ministère de la Santé sensibilise au bon usage des antimicrobiens. Le ministère de la Santé et de la protection sociale mène une action de sensibilisation sur les moyens de prévention contre l'accroissement de la Résistance aux antimicrobiens (RAM), à l'occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens (18-24 novembre). "Au Maroc, la consommation des antibiotiques connait une augmentation considérable", souligne le ministère dans un communiqué, citant une étude réalisée entre 2003 et 2012. Cette consommation est dominée par la classe des pénicillines à large spectre, suivie par la classe des tétracyclines et des macrolides. le ministère de la Santé et de la protection sociale profite de cette semaine pour accentuer la sensibilisation autour de cette thématique à travers des activités de communication et d’information au profit des professionnels de santé.

Nouvelle flambée des prix des carburants. Une nouvelle fois encore, les prix des carburants au Maroc ont augmenté en fin de semaine, dépassant le plafond de 10 DH/l pour le diesel et de 12 DH/l pour l'essence. Dans ce contexte, les propriétaires de stations-service ont appelé le gouvernement à intervenir pour prendre des mesures urgentes visant à maintenir la stabilité des prix afin de protéger le pouvoir d'achat des consommateurs, lui reprochant ces augmentations récurrentes. Dans un communiqué, la Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants de stations-services du Maroc a justifié la hausse des prix des carburants par la dépendance du Maroc aux fluctuations des marchés internationaux, étant donné que le Royaume est un pays non producteur de pétrole et que tous ses besoins en matières pétrolières sont importés.



Assahra Al Maghribia

Transport international de marchandises: la grève suspendue. Les associations marocaines représentant les employeurs du transport routier international de marchandises, affiliées à l'Union générale des entreprises et des métiers, ont suspendu la grève qui devait démarrer dimanche, pour une durée de 72 heures, après que les ministères du transport et des affaires étrangères sont intervenus pour résoudre le problème du refus des services consulaires d'Espagne et de France d’octroyer des visas aux chauffeurs professionnels. Saïd Cherif, président de l'Association marocaine du transport national et international et de la logistique, a expliqué que la suspension temporaire de la grève a été décidée après les "promesses" de résoudre le problème données au cours d’une réunion tenue avec des représentants du transport. Il a déclaré au journal que les associations marocaines représentant les employeurs du transport routier international de marchandises ont décidé d’accorder aux deux ministères et à toutes les personnes concernées un peu de temps pour chercher à mettre fin à cette souffrance.

Hilale au Conseil de Sécurité : "depuis quand les militants des droits de l'Homme sont en treillis militaire et la kalachnikov en bandoulière ?". L'ambassadeur, Représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a adressé, le 17 novembre courant, une lettre aux Président et membres du Conseil de Sécurité, dans laquelle il a mis à nu la supercherie des allégations fallacieuses de l’agent du "polisario" et de l’Algérie, la dénommée Saultana Khaya. "S’agissant particulièrement de la dénommée Saultana Khaya, il convient de se demander depuis quand les militants des droits de l’Homme sont en treillis militaire, avec la kalachnikov en bandoulière ?", s’est interrogé l’ambassadeur marocain. Dans ce cadre, Hilale a présenté des preuves accablantes au Conseil de Sécurité, sous forme de photos montrant cette séparatiste, à la solde de l’Algérie et du "polisario", en tenue militaire et maniant une kalachnikov.

Al Ahdath Al Maghribia

Le gouvernement envisage d'emprunter plus de 105 MMDH pour couvrir les besoins de financement. Les besoins de financement prévus pour le Budget l'État au titre du projet de loi des finances (PLF) de l'année 2022 seront couverts par le recours aux emprunts de moyen et long termes, soit 65,4 milliards de dirhams (MMDH) sur le marché intérieur et 40 MMDH en tant que financement extérieur, a indiqué, vendredi à Rabat, la ministre de l'Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui. Le total des besoins prévisionnels pour le financement le Budget l'État au titre du PLF-2022 atteint environ 164,4 MMDH, a précisé Fettah Alaoui lors des discussions générales de ce projet de loi à la Commission des finances, de la planification et du développement économique relevant de la Chambre des Conseillers. Elle a, en outre, fait savoir que 12 MMDH seront mobilisés par le biais des financements innovants, tandis que les autres besoins seront couverts par les emprunts de court terme.

Experts : le vaccin a épargné au Maroc davantage de morts. Le Maroc a pu éviter environ 3 000 décès qui pourraient survenir lors de la vague déclenchée par le variant Delta, qui a duré plus de deux mois et demi, entre juillet et la mi-septembre, a indiqué Saïd Afif, membre du Comité Scientifique, lors d'un colloque organisé par le Ministère de la Santé et de la Protection sociale. Dans ce contexte, le comité scientifique a appelé à une participation massive à la campagne nationale de vaccination afin d'éviter une augmentation des cas positifs pendant la saison d'hiver, soulignant la nécessité de faire preuve de prudence pour éviter une recrudescence de l'épidémie. Pour sa part, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, a souligné que le Maroc, qui était l'un des pays expérimentés en matière de vaccination avant la pandémie, a fait un excellent travail pendant la crise sanitaire, que ce soit au niveau des mesures de prévention ou de la campagne nationale de vaccination, qui a propulsé le Maroc sur le devant de la scène en Afrique.



Al Alam

Maroc : les enfants de moins de 12 ans venant des pays des listes (A) et (B) exemptés de présenter un test PCR. Les autorités marocaines ont décidé de dispenser les enfants en provenance des pays des zones (A) et (B), âgés de moins de 12 ans, de présenter un test PCR négatif pour accéder au territoire national. Selon un tweet de la RAM, les enfants de moins de 12 ans en provenance des pays de la liste B "sont dispensés du test PCR négatif et du vaccin contre le SARS CoV-2".

Le Maroc deviendra un leader international en matière d'énergies propres. Le Maroc dispose d'un ‘’énorme’’ potentiel naturel de production d'énergie solaire, éolienne et hydroélectrique, et a pris des mesures ‘’importantes’’ pour l’exploiter, indique la BBC. "Le Maroc s'est fait un nom en tant que leader climatique. Les énergies renouvelables représentent près de deux cinquièmes de sa capacité électrique, certaines subventions aux combustibles fossiles ont été progressivement supprimées et le pays revendique certains des plus grands projets d'énergie propre au monde", écrit le média britannique, dans un article publié vendredi sur son site internet. L'action nationale du Maroc en matière de changement climatique remonte au milieu des années 2000, lorsque le pays a pris la décision de devenir un leader régional en matière d'énergie propre et de faire avancer des projets massifs d'énergies renouvelables, lit-on dans le texte intitulé "comment le Maroc a misé sur l'énergie solaire".

Al Ittihad Al Ichtiraki

L'IPC en hausse de 1,7% en octobre 2021. L'indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 1,7% au cours du mois d'octobre 2021, comparé au même mois de l’année précédente, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Cette variation résulte de la hausse de l’indice des produits alimentaires de 1,1% et de celui des produits non alimentaires de 2,2%, précise le HCP dans une note sur l'indice des prix à la consommation du mois d’octobre. Pour les produits non alimentaires, les variations vont d’une baisse de 0,4% dans les "communications" à une hausse de 6,2% dans les "transports". Par rapport au moins précédent, l'IPC a connu en octobre 2021 une hausse de 0,7% résultant de la hausse de 1,4% de l’indice des produits alimentaires et de 0,3% de l’indice des produits non alimentaires. Les hausses des produits alimentaires observées entre septembre et octobre 2021 concernent principalement les "légumes" avec 4,7%, les "viandes" avec 2,7%, les "poisson et fruits de mer" avec 1,4%, les "huiles et graisses" avec 1% et le "lait, fromage et œufs" et "café, thé et cacao" avec 0,7%, fait savoir le HCP, notant que les prix ont diminué de 0,3% pour les "fruits".

ONSSA: apparition d'une maladie végétale spécifique à la tomate et au poivron, "aucun danger" pour la santé. L'Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) a fait état de l'apparition d'une nouvelle maladie végétale spécifique à la tomate et au poivron, rassurant toutefois que la consommation de ces produits végétaux "ne présente aucun danger pour la santé du consommateur". "Dans le cadre du programme de surveillance et du suivi phytosanitaire continu au niveau national, les services de l'Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires ont détecté la présence d'une maladie végétale affectant la tomate dans certaines exploitations agricoles. Cette maladie végétale, qui concerne uniquement les tomates et les poivrons, ne présente aucun danger pour la santé humaine et animale. De même, la consommation de ces produits végétaux n’a aucun impact sur la santé du consommateur", indique l'ONSSA dans un communiqué.

Bayane Al Yaoum

Élections complémentaires et partielles des Conseils communaux: 56 candidatures individuelles déposées, accréditées par 16 instances politiques. L'opération de dépôt des candidatures au titre des élections complémentaires et partielles, qui doivent se tenir le 2 décembre 2021 pour pourvoir les sièges vacants au sein de Conseils communaux, a été marquée par le dépôt d'un total de 56 candidatures individuelles, dont 12 féminines, accréditées par 16 instances politiques, indique jeudi un communiqué du ministère de l'Intérieur. Cette opération, qui a pris fin jeudi à midi, a couvert l'ensemble des sièges concernés par ce scrutin complémentaire et partiel, avec une moyenne d'environ 3 candidatures pour chaque siège, précise le communiqué. En application des dispositions de la loi organique n°59.11 relative à l'élection des membres des Conseils des collectivités territoriales, un arrêté du ministre de l'Intérieur (n°3267.21), en date du 29 Rabii-I 1443, correspondant au 5 novembre 2021, avait été publié pour l'organisation le 2 décembre 2021 d'élections complémentaires et partielles pour pourvoir 22 sièges dans 22 Conseils communaux, rappelle le ministère .

Régime CNSS: Nécessité d'une réforme "paramétrique". Le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Hassan Boubrik, a souligné, samedi à Rabat, la nécessité de mettre en œuvre une réforme "paramétrique" du régime de la CNSS des salariés du secteur privé, et ce pour un meilleur équilibre technique. "Il s'agit de repousser l'âge de la retraite, augmenter la cotisation et revoir les règles de calcul des annuités", a précisé Boubrik qui s'exprimait lors d'une table ronde dans le cadre de la 14ème édition du Colloque international sur les finances publiques (CIFP). S'attardant sur les différentes situations des régimes de la Caisse, Boubrik a fait savoir que le régime des pensions civiles ne produit plus de déficit grâce notamment à la reforme paramétrique de 2016 qui a augmenté l’âge de retraite de 60 à 63 ans, baissé le taux d'annuité de 2,5% à 2% et augmenté la cotisation de 20% à 28 %, soit des décisions "lourdes" mais qui ont permis d'"arrêter l’hémorragie".

Rissalat Al Oumma

Casablanca: démantèlement d'un réseau criminel s'activant dans l'immigration illégale. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca ont démantelé, samedi matin, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), un réseau criminel s'activant dans l'immigration illégale, et mis en échec une opération d'émigration clandestine à la plage "Ennahla" dans la zone de Aïn Sbaâ à Casablanca. Les interventions sécuritaires menées dans le cadre de cette affaire ont permis l'interpellation de 13 individus, dont les mis en cause présumés impliqués dans l'organisation et la médiation de cette opération, en plus des candidats à l'immigration illégale qui ont versé des sommes d'argent en contrepartie des services de ce réseau criminel, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Les perquisitions effectuées par les éléments de la police judiciaire ont permis la saisie de matériels logistiques, dont une voiture, un canot pneumatique, 10 gilets de sauvetage, 13 jerricans contenant 390 litres de carburant, des armes blanches et des pompes à air, ainsi que de denrées alimentaires et de sacs contenant des vêtements appartenant à ces candidats à l'immigration, et de sommes d'argent soupçonnées provenir de cette activité criminelle, précise le communiqué.

Traitement de 24 millions de mètres cubes d'eaux usées par an. Le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, a indiqué, devant les conseillers parlementaires de la commission de l'intérieur, des collectivités territoriales et des infrastructures, qu'un programme d'urgence pour atténuer les effets de la sécheresse a été mis en place depuis juin 2021 visant à assurer l'approvisionnement de certaines communes rurales par des camions-citernes et l'acquisition de réservoirs de stockage en plastique, ajoutant que ce programme ciblait environ 2,3 millions d'habitants. Il a d'autre part souligné que les projets réalisés jusqu'à l'an 2020 ont permis d'améliorer les indicateurs d’assainissement liquide au niveau national, en augmentant à 82% le taux de raccordement au réseau en milieu urbain, et à 56% le taux de traitement des eaux usées, grâce à la réalisation de 153 stations d'épuration et la réutilisation d'environ 24 millions de mètres cubes par an d'eaux usées traitées.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required