×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse du 18 décembre 2018

Mardi 18 Decembre 2018 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi : *Le Matin. :

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismail, a présidé, lundi au Mausolée Mohammed V à Rabat, une veillée religieuse en commémoration du 20ème anniversaire de la disparition de feu S.M. Hassan II, que Dieu l'entoure de son infinie miséricorde. A cette occasion, le Souverain, accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismail, s'est recueilli sur les tombes des regrettés Souverains, feu S.M. Hassan II et feu S.M. Mohammed V. Le Souverain s'est également recueilli sur la tombe de feu S.A.R. le prince Moulay Abdellah.

- Le secteur de l'habitat sera doté d’un Plan spécifique d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Le département de l’Habitat s’apprête à lancer une grande étude devant servir de base à l’élaboration de ce plan. Si l’État planche sur cette stratégie c’est qu’il y a le feu. Le secteur du bâtiment pèse pour 33% dans la consommation énergétique nationale. Des études prospectives prévoient le triplement de la demande en énergie totale des ménages à l’horizon 2030.

*Aujourd'hui le Maroc.:

- ReKrute, premier site de recrutement au Maroc, indique avoir organisé la 1ère édition du label HappyIndex®AtWork, un indice qui mesure l'engagement et la motivation au travail. Lors de la première édition de l'enquête, 10 entreprises ont été nominées dans le palmarès des entreprises où les salariés sont les plus motivés et 6 entreprises se sont vu décerner le grand prix parmi les labellisés 2018, précise le leader du e-recrutement. L’enquête, 100% participative et 100% digitale à laquelle 200 entreprises ont pris part, a permis de déterminer les niveaux de motivation et de satisfaction des collaborateurs.

- L'ONCF s'apprête à effectuer un grand virage, celui de la restructuration pour accompagner les derniers changements. Il s'agit d'une opération à multiples facettes qui va du changement de statut de l'Office à la restructuration et vente de filiales, en passant par un changement de loi réglementant l'Office. Ces changements ont déjà commencé avec la privatisation de la Mamounia, une des propriétés de l'ONCF. L'Office est d'ailleurs propriétaire d'autres établissements hôteliers. Pour les responsables, le temps est venu pour permettre à l'Office de se recentrer sur son cœur de métier, à savoir le transport des voyageurs, des marchandises et l'exploitation du réseau ferré. Le but ultime de ces opérations est la transformation de l'ONCF en une société anonyme. L'ONCF deviendra alors la Société marocaine des chemins de fer.*L'Economiste.:

- Après la publication du décret sur les modalités d'application des accords préalables en matière de prix de transfert au Bulletin Officiel, la Direction générale des impôts vient de diffuser une circulaire apportant plus de détails sur le mode opératoire du chapitre dédié à ces prix de transfert. La circulaire décrit le processus depuis la demande jusqu'au rapport de suivi obligatoire. Les entreprises ayant des liens de dépendance avec des entités implantées à l'étranger et intéressées par un accord préalable doivent déposer une demande à l'administration fiscale. La procédure prévoit la possibilité de consultations préliminaires en vue de convenir du périmètre de l'accord avec les services des impôts. L'institution du principe des accords préalables répond à une requête des opérateurs économiques. Ce dispositif permet aux investisseurs, qui respectent les termes de l'accord, d'obtenir la paix fiscale et d'être à l'abri d'un contrôle fiscal douloureux. 

-De très grosses quantités de clémentines ont été abandonnées dans les vergers ou déversées sur les bas-côtés dans les campagnes dans la région de Berkane ou dans le Souss. D'aucuns parmi les professionnels parlent d'une "situation de surproduction". Pour les groupes d'exportateurs, le problème tient au retard pris dans la réforme des marchés de gros et de manque de diversification des marchés extérieurs, voire le déficit de consolidation des débouchés traditionnels. Les exportations marocaines sont confrontées à la forte concurrence rencontrée sur les marchés européens, notamment en provenance d'Espagne, de Turquie et d’Égypte. Bénéficiant de la proximité avec l'UE, les concurrents du Maroc n'hésitent pas, en dehors des avantages dont ils profitent, à faire du lobbying pour freiner le développement des exportations marocaines, arguent les exportateurs, soulignant la nécessité de s'ouvrir sur les marchés africains et asiatiques.

*Al Bayane.:

- Une délégation du Réseau des institutions nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest effectue actuellement une visite de travail et d'amitié au Maroc en vue de s'informer de l'expérience marocaine en matière de lutte contre la corruption. Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération régionale dans le domaine de l'intégrité et de la bonne gouvernance, fait suite à l'adoption par le Maroc de la Convention africaine pour la lutte contre la corruption et en reconnaissance des efforts déployés par le Royaume dans le domaine de la moralisation de la vie publique.

- L'examen du projet de loi modifiant la loi relative au microcrédit a démarré à la Chambre des représentants. Ce texte relève le plafond du microcrédit afin de mieux répondre aux besoins de financement des TPE. Actuellement, ce plafond est fixé à 50.000 DH. Dans ce projet, le ministère de l’Économie et des Finances propose de le rehausser à 150.000 Dh, et ce, en réponse à la demande exprimée par de nombreux patrons de TPE. Selon, une étude réalisée par le ministère, 31% des TPE dont le nombre est près de 21.600 unités non clientes des associations de microcrédit, souhaitent un montant de crédit supérieur à 50.000 DH.

*Libération. :

- Les bureaux nationaux du Syndicat démocratique des collectivités locales affilié à la FDT et du Syndicat démocratique des collectivités territoriales ont tenu vendredi dernier une réunion commune au siège central de la FDT à Casablanca dans le cadre des concertations visant à unifier l’action syndicale et à renforcer le front intérieur des employés des collectivités territoriales. Ils ont également dénoncé les atteintes à la liberté syndicale ainsi que la situation chaotique que vivent les employés de ces collectivités notamment à cause du gel du dialogue sectoriel et de la mise sous le boisseau de leurs revendications. Dans ce cadre, les deux bureaux nationaux ont appelé le ministère de l’Intérieur à ouvrir un dialogue avec les représentants des employés et à répondre favorablement à leurs revendications.

- Le HCP annonce une hausse de l’indice de production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole au titre du troisième trimestre de l’année 2018 par rapport à la même période de 2017. Il s’agit du troisième trimestre consécutif de hausse de cet indice qui s’est établi à 3,0%, comme lors des premier et deuxième trimestres de l’année en cours. Le HCP attribue cette évolution notamment à la hausse de l’indice de production des "industries chimiques" qui a connu une progression de 9,8%, de celui des "articles d’habillement et fourrures" qui a enregistré une hausse de 11,9% ainsi qu’au bond de l’"industrie automobile" de 6,9%. 

*L'Opinion.:

- Dans un contexte mondial marqué par des risques politiques, un ralentissement économique en Chine, en zone euro et dans les pays émergents, surtout en Turquie et en Argentine, l'économie marocaine continue à s'ouvrir sur l'extérieur, selon Stéphane Colliac, économiste senior France et Afrique chez Euler Hermes. Intervenant à la 6ème édition de l'Observatoire du commerce international, Colliar a souligné que les exportations marocaines croissent de 20 milliards de Dh par an depuis 2017, notant que cette hausse devrait se poursuivre en 2019. C'est une croissance soutenue et régulière, tirée des secteurs de l'automobile, de l'agro-alimentaire, de la chimie et de l'aéronautique, a expliqué l'économiste.

- Dans sa 1ère session du comité central, le parti de l'Istiqlal a appelé à procéder à des réformes politiques et institutionnelles en vue de rompre avec l'attentisme et le reniement des acquis en matières de démocratie, de droits humaines et de libertés publique, considérant la démocratie véritable comme la seule clef donnant accès au nouveau modèle de développement auquel aspire le Maroc. Le comité a exprimé son regret pour l'échec du dialogue social et en fait endosser l'entière responsabilité au gouvernement eu égard à son entêtement et à l'insuffisance de l'offre faite aux syndicats. Il lui impute également la responsabilité de la dégradation de la situation sociale et du pouvoir d'achat des citoyens tout en appelant à institutionnaliser le dialogue social.
*Akhbar Alyaoum:

- Un accord trouvé entre la Direction générale des impôts (DGI) et les cliniques privées suscite la polémique. Cet accord permet aux cliniques d'éviter de gros redressements fiscaux entre 2014 et 2017. Certains médecins estiment que l'accord profite aux cliniques qui ont fraudé le fisc durant plusieurs années. De son côté, la DGI trouve dans cet accord le moyen d’accroître les recettes des cliniques et des médecins, à condition de déclarer les revenues selon des tranches convenues dans l'accord. L'adhésion à cet arrangement demeure volontaire, mais les adhérents seront considérés par la DGI comme étant dans une situation fiscale régulière durant la période allant de 2014 à 2017. - La Fédération marocaine des associations de boulangeries, pâtisseries traditionnelles et modernes a appelé à renforcer les partenariats avec les chambres de commerce, d'industrie et des services dans le domaine de formation. Ils ont jugé nécessaire l'élaboration de cahiers des charges et des statuts, notamment relatifs aux autorisations de commerce. Il s'agit également de communiquer avec les parties concernées par la lutte contre le secteur informel. La Fédération a aussi souligné la nécessité d'intégrer les représentations professionnelles dans les commissions qui octroient les autorisations ne serait-ce qu'en la qualité d'observateurs. Elle a de même exhorté le ministère de tutelle à lui conférer le droit de représentation du secteur conformément aux dispositions du dahir 03-12.

*Al Ahdath Al Maghribia :

- La coalition gouvernementale composée du PJD, du RNI, du MP, de l'USFP et de l’UC est secouée par une nouvelle crise à la suite des reports successifs des réunions des leaders de la majorité. Cette crise "silencieuse", dont on ignore les causes, risquerait de perdurer plus que d’habitude. Mais cette fois, c’est Saad Dine El Otmani qui fut à l’origine de cette crise quand il a envoyé un message urgent aux chefs de la majorité dans lequel il leur a annoncé l’ajournement d’une réunion qui devait avoir lieu hier, lundi. Selon certaines sources proches du gouvernement, le secrétaire général du PJD n’a pas fixé de date précise pour la prochaine réunion.

- Le premier ministre sud-coréen Lee Nak-yon arrivera au Maroc en début de la semaine prochaine. Le but serait de renforcer la coopération économique. Au cours de cette visite, Lee Nak-Yon devrait rencontrer le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani. Le premier ministre demanderait au Maroc d'aider les entreprises coréennes à participer aux grands projets. Le Maroc envisage d'approfondir la coopération avec la Corée du Sud dans l'industrie, l'énergie renouvelable, les nouvelles technologies, l'éducation et le tourisme. *Al Alam. :

- Moins de 2% des entreprises marocaines contribuent à plus de 80% de l'impôt sur les sociétés, dont 69% d'entre elles déclarent être déficitaires, outre les entreprises nouvellement créées. Des sources proches du dossier s'interrogent comment mettre en œuvre une baisse de l'IS de 20 à 17%, dans le cadre de l'imposition d'un système fiscal progressif pour les sociétés, alors que l'impôt est proportionnel dans l'ensemble des systèmes fiscaux.

- Lors de la dernière séance du dialogue social, l'UGTM a été étonnée par la même offre du gouvernement visant à augmenter les salaires de 400 DH, a indiqué le secrétaire général de l'UGTM, Enaâm Mayara, notant que le syndicat a été contraint par la suite de se retirer du dialogue. L'UGTM n'acceptera aucun dialogue sans l'amélioration de l'offre gouvernementale, qui devra intégrer les travailleurs des secteurs privé et public et d'autres échelles, a-t-il dit. 

*Al Massae. :

- Daoudi déclare la guerre aux sociétés des carburants pour réduire les prix. Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, est entré en confrontation directe avec les sociétés qui n'ont pas réduit les prix du diesel et de l’essence. Daoudi a affirmé que les prix auraient dû reculer de 30 centimes le litre du diesel et 40 centimes le litre de l’essence, appelant les consommateurs à se diriger vers les sociétés ayant abaissé les prix.

- Les médecins ont décidé de saisir les tribunaux pour contester les prélèvements "injustes", que le gouvernement a opéré sur leurs salaires le mois précédent. Mountadar Alaoui, président du Syndicat indépendant des médecins du secteur public, a affirmé que son organisation espérait que le gouvernement accueillerait favorablement ces revendications afin d’éviter l’escalade. Il a par ailleurs prévenu que son syndicat paralyserait l’activité dans les hôpitaux publics si le gouvernement persistait à opérer indûment des retenues sur les salaires des médecins.

*Bayane Alyaoum. :

- L’Union européenne (UE) a renforcé son soutien au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière en portant à 148 millions d'euros le montant total mobilisé en 2018 au titre de son fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique. Ce financement, qui s'inscrit dans le cadre du "soutien constant" apporté par l'UE à la stratégie nationale marocaine de migration et d'asile, contribuera à intensifier la lutte contre le trafic de migrants et la traite d'êtres humains, dont un renforcement de la gestion intégrée des frontières", souligne l’exécutif européen qui réaffirme le soutien de l'UE au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière "dans un contexte de pressions migratoires accrues le long de la route de la Méditerranée occidentale.

- L'ambassadeur directeur général de l'Agence marocaine de la coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal, s'est entretenu avec son homologue palestinien, Imad Al Zuhairi, des moyens de renforcer la coopération et l'échange d'expériences entre les deux institutions. Lors de cette entrevue, Methqal s'est félicité des relations d'amitié et de fraternité distinguées liant le Maroc à la Palestine, mettant en avant le rôle et le travail de l'AMCI dans la promotion des relations de coopération internationale. Les deux parties ont examiné les opportunités de développement du partenariat bilatéral dans les domaines culturel, scientifique, technique et économique mais également le renforcement de la coopération sud-sud.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

- Ahmed Boulhous, spécialiste en médecine légale, a affirmé que 190.00 personnes décèdent chaque année au Maroc, faisant savoir que les causes des décès enregistrés au ministère de la Santé ne concernent que 52.000 cas, soit 28%, tandis que 72% de décès ne sont pas enregistrés. Il a d’autre part souligné que le certificat médical, qui détermine la cause du décès, est établi par des personnes qui ne sont pas spécialistes, ou n’est pas du tout établi, précisant que les établissements de santé, n’envoient pas parfois les certificats médicaux au ministère de la santé , ce qui affecte la collecte d’informations relatives aux causes des décès au Maroc.

- Lors d’une rencontre ayant réuni à Chefchaouen les élus de l’USFP au sein du parlement, des collectivités territoriales et des chambres professionnelles, Mustapha Ajab, membre du bureau politique de l’USFP, a indiqué qu’il ne serait plus opportun de continuer à travailler avec le système électoral actuel, qui a prouvé ses limites, appelant à faire du jour du scrutin, un moment capital dans l’histoire du Maroc, qui couronnerait une campagne électorale où seront entrés en concurrence programmes, élites et compétences. De son coté, Mohamed Alami, chef du groupe USFP à la Chambre des conseillers, a souligné la nécessité de s’employer à mener de véritables réformes dans le système électoral.

*Rissalat Al Oumma. :

- Le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l'Economie sociale, Mohamed Sajid, a eu des entretiens avec le vice-ministre chinois de la Culture et du Tourisme, Li Jinzao, portant sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine touristique. Dans une déclaration à la presse à l'issue de ces entretiens, Sajid a affirmé que les relations entre Rabat et Pékin, notamment dans le secteur touristique, ont connu une importante évolution en particulier après la visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI en Chine en 2016, ajoutant qu'un saut qualitatif a été également enregistré après la suppression des visas pour les ressortissants chinois: le nombre des touristes chinois est ainsi passé de 10.000 en 2015 à près de 200.000 touristes durant l'année en cours.

- Entre 1990 et 2016, le nombre de Marocains atteints d’Alzheimer et d’autres formes de démence aurait enregistré une hausse de 4,3%, selon une étude internationale. En l’espace de 26 ans, quelque 197.480 Marocains ont été atteints de démence, selon cette étude réalisée par des spécialistes russes et américains. La moyenne des personnes atteintes de cette maladie au Maroc est la troisième à l’échelle de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, selon ces sources.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation